fbpx

Difficile de ne pas reconnaître des noms tels que McDonald’s ou Coca-Cola. Le nom de marque a donc un fort pouvoir évocateur, et inspire un univers qui lui est propre. On peut ainsi sous-entendre une corrélation entre la notoriété d’une marque et son développement.

 

On l’aura compris : trouver le nom de marque parfait est un enjeu de taille dans la phase de création/lancement. Mais comment faire si l’inspiration nous manque ? Comment être sûr que le nom choisi est le « bon » ?

On distingue souvent le nom de la marque commerciale du nom juridique d’une compagnie. Une entreprise peut en effet déposer et exploiter plusieurs marques distinctes sous sa bannière, pour par exemple distinguer des gammes de produits, ou singulariser des offres de services.
 
Concrètement, une marque sert de repère au client ou consommateur, en l’aidant à identifier une offre parmi celle de ses concurrents. Elle fait ainsi partie du patrimoine intangible de l’entreprise, et sa valeur tend à croître au fil du temps.
Par ailleurs, une marque ne se définit pas que par son nom ou son identité visuelle…mais on en reparlera plus tard, promis !
  

Tout d’abord, la première question qu’on devrait se poser est :
Qu’est-ce qu’un « bon » nom de marque ?
À vrai dire…c’est subjectif. Le sentiment que nous évoque un nom, ou un mot en règle générale, dépend de plusieurs facteurs qui sont propres à notre histoire. Notre degré de sensibilité dépendra ainsi de notre culture, des langues que nous parlons, de nos souvenirs, et de notre éducation. En résumé, notre appréciation est conditionnée par notre expérience de vie.
Mais plusieurs spécialistes en marketing s’accordent à dire qu’un « bon » nom de marque doit objectivement être facile et agréable à prononcer et à lire, et aisément mémorisable.
De plus, il doit refléter la promesse de marque et les valeurs de l’entreprise, car comme le disait Dana DiTomaso, Présidente de Kick Point : “Your brand is your promise.” Idéalement, le nom de la marque donne un indice sur son positionnement, lui permettant ainsi de se différencier de la concurrence.

  

Où trouver l’inspiration ?
Voilà, on y vient. La page blanche. Le trou noir.
L’exercice est stressant et on ne sait jamais par où commencer. Soit, on va vous donner quelques pistes de réflexion.
 
1 – La solution est en vous…
Fier de votre expertise et de la renommée que vous avez construite tout au long de votre carrière, vous pourriez tout simplement utiliser votre patronyme. Ce concept est fréquemment employé dans le domaine de la mode, ou plus simplement, dans l’univers artistique. Ricardo, Marc Jacobs, ou encore Vivienne Westwood en sont quelques exemples. Si votre nom est difficile à prononcer, ou bien trop long (j’en sais quelque chose), vous pourriez opter pour l’acronyme ; IKEA, H&M ou M&M’s l’ont fait.
 
2 – Mix de plusieurs concepts
Vous aiguillerez ainsi le client dans sa compréhension de votre promesse de marque. Prenons l’exemple de Good Co., spécialiste australien du café. On laisse à l’assistance le soin d’interpréter le « Co. », qui pourrait autant signifier : in good company (trad. : en bonne compagnie), good coffee (trad. : bon café) ou encore good company (trad. : bonne entreprise).
 
3 – Un pour tous, et tous pour vous !
On dit que l’union fait la force. Et bien, elle génère en tout cas davantage d’idées. Organisez des séances de remue-méninges en impliquant des personnes concernées de près ou de loin dans le succès de votre activité. Invitez des clients fidèles/potentiels, des collaborateurs, des partenaires, et encouragez-les à partager leurs idées. Si vous ne parvenez pas à rallier les troupes, faites appel à votre entourage. Papa, Maman, chéri, ou encore la meilleure amie connaissent suffisamment vos goûts, et se préoccupent (presque autant que vous) de votre projet. Ils ont l’avantage d’avoir plus de recul que vous, et plus d’objectivité.
 
4 – Sous le soleil des Tropiques
Pourquoi ne pas apporter une touche d’exotisme, et démontrer votre ouverture d’esprit ? Un nom de lieu, une expression en langue étrangère, un prénom atypique… Autant de possibilités offertes par les 172 langues officielles de notre monde, par des dialectes ou encore des langues mortes. Exemple concret : Audi qui signifie « entendre » en latin, soit la traduction du nom du fondateur Horch en allemand.
 
5 – Les symboles
Qu’ils soient visuels, auditifs ou imagés, ils s’ancrent inconsciemment dans l’esprit du consommateur. Pourquoi ne pas utiliser un mot simple et évocateur ? À l’instar de Rhebok, simplifié en Reebok, définissant une race d’antilope africaine.

  

Autres conseils
● Ne pas sous-estimer ce travail de recherche. D’autant qu’il est recommandé de consulter les registres de l’institution responsable de l’enregistrement des entreprises et/ou marques de votre lieu d’établissement. Le nom ne doit pas déjà être utilisé et protégé au nom de la propriété intellectuelle.
● Tester si le nom de domaine associé à votre nom de marque est disponible.

  

La communauté Working Maman

Notre communauté est composée de Mamans uniques provenant des quatre coins du monde. En quête de soutien, d'écoute et de conseils, elles se livrent à cœur ouvert en partageant leurs expériences, leurs rêves et leurs passions.

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.



Working Maman est une plateforme proposant des ressources et conseils aux mères et futures mères actives, et inspirant les femmes du vingt-et-unième siècle à atteindre leur plein potentiel et à réaliser leurs rêves.